Selon l’explication sur son système de classement trouvée sur le site de l’association, « c’est parfois le thème même d’un film qui nécessite de le classer PG. Il peut y avoir de la violence, des jurons ou des brèves scènes de nudité… Ce classement PG est donc un avertissement qui est là pour suggérer aux parents d’examiner d’abord un film avant de décider s’il est approprié que leurs enfants le regardent. Il est évident qu’il est difficile de décider où passe la démarcation et qu’il est préférable de laisser aux parents le soin de décider dans ces cas. »

Le classement PG des films est sûr de soulever des désaccords. Les cinéastes chrétiens du film à petit budget « Facing the Giants » (Affronter les géants) ont été stupéfaits lorsque la MPAA a attribué un label PG à leur film : l’histoire gentille d’un entraîneur de foot américain déprimé dont la vie – sur et hors du terrain – s’améliore miraculeusement.

« La MPAA nous a dit que le film contenait des ‘éléments thématiques’ forts qui pourraient déranger certains parents » a déclaré Kris Fuhr, vice-président de la société Provident Films, qui appartient à Sony Pictures. Provident Films projette de présenter le film dans 380 cinémas dans tous les Etats-Unis cet automne grâce à l’aide de Samuel Goldwyn Films. (…)

A quels ‘éléments thématiques’ le label PG est-il dû ? « Facing the Giants » présente trop l’évangile.

Kris Fuhr explique que la MPAA « a décidé que le film contenait trop de messages venant d’une religion en particulier et que cela pourrait offenser les adeptes d’autres religions. Ils ont utilisé le mot «prosélytisme »… (…) C’est intéressant de voir que la foi a rejoint la liste des péchés mortels sur lesquels la MPAA veut attirer l’attention des parents. »

Il y a effectivement des messages ouvertement chrétiens dans ce film, ce qui n’est pas étonnant puisque ce film a été écrit et produit par les frères Alex et Stephen Kendrick, tous deux pasteurs de Sherwood Baptist Church à Albany, Géorgie. (…)

« Facing the Giants » a coûté 100 000 $ (…) et rassemble une équipe d’acteurs amateurs, soutenus par un petit groupe de professionnels. (…)

Le film comprend beaucoup de prières réalisées, un miracle médical, un mystique mystérieux aux cheveux gris qui apporte un message venant de Dieu, un but peu probable marqué par un joueur en mauvaise forme sous l'impulsion de son père handicappé (…).

Mais la scène qui a attiré l’attention de la MPAA est peut-être une conversation entre l’entraîneur Grant Taylor – joué par Alex Kendrick et un gosse de riches nommé Matt Prader. L’entraîneur lui dit qu’il faut qu’il arrête de critiquer son père qui est très autoritaire et qu’il règle ses problèmes avec Dieu.

Le gamin répond : « Vous croyez vraiment à toute cette histoire d’honorer Dieu et suivre Jésus ? Je ne veux pas vous choquer mais ce n’est pas tout le monde qui y croit »

L’entraîneur répond : « Matt, personne ne te force à faire quoi que ce soit. Suivre Jésus Christ est une décision qu’il va falloir que tu prennes pour toi-même. Peut-être ne voudras-tu pas Le suivre car Il changera ta vie. Tu ne seras plus le même. »

« Ce genre de conversation est peut-être trop direct pour certains spectateurs, déclare Kendrick, mais c’est comme ça que les gens parlent réellement dans les lycées chrétiens de Géorgie. L’Eglise baptiste de Sherwood ne va pas s’excuser pour avoir fait la sorte de films qu’elle voulait faire. Je parle tout le temps de la foi et j’ai vu des jeunes prendre des décisions qui ont changé leurs vies. Si nous faisons ces films pour commencer, c’est parce que nous espérons qu’ils pousseront les gens à penser sérieusement à leur relation avec Dieu. Alors nous allons raconter les histoires que nous pensons que Dieu veut que nous racontions. Nous n’avons rien à cacher. »

Par Terry Mattingly Scripps Howard News Service

(Terry Mattingly (www.tmatt.net) est à la tête du Washington Journalism Center au Council for Christian Colleges & Universities.)

Le site officiel du film: Facing the giants

Source: SHNS.com/Voxdei