Les chercheurs comptent prélever des noyaux de cellules du mammouth mort pour les introduire dans des cellules d’éléphant préalablement énucléées. Une fois en possession de cellules contenant un ADN de mammouth, ils tenteront de les transformer en embryons, qu’ils implanteront dans une femelle éléphant. Les scientifiques se basent sur la technique d’un autre chercheur japonais, Teruhiko Wakayama, du Centre Riken de biologie du développement à Yokohama, qui avait réussi à créer des clones de souris mortes et congelées depuis 16 ans. Travaillant avec un spécialiste russe des mammouth et deux experts américains des éléphants, l’équipe d’Akita Iritani espère toucher à son but d’ici 5 ans.

source: genethique.org